Partly Cloudy

30°C

Port-au-Prine, Haiti

Partly Cloudy

Humidity: 66%

Wind: 24.14 km/h

  • Clear
    24 Mar 2016 32°C 23°C
  • Mostly Sunny
    25 Mar 2016 32°C 23°C
Connexion
Mis à jour le 8.03.2017 à 02:42

Haïti: L’histoire cachée des mines

Featured Haïti: L’histoire cachée des mines

On estime à 15 milliards d’euros la valeur des réserves aurifères que recèle l’île d’Haïti. Chez nous tout est mystère. Ce qu’on dit souvent n’est pas la vérité. Ce qu’on prend pour la vérité est parfois une sincérité voilée dans le mensonge. Bref, un pays bâti sur le bluff et le non dit.

Je parle de non-dit et il me vient à l’esprit la découverte des mines en Haïti. Où est la vérité dans cette histoire?

Jusqu'à date, la plus grande découverte dans la recherche minière en Haïti est dans la localité Faille B zone tout près les Perches dans le nord d’Haïti appelé le gisement de Faille. Une compagnie américaine du nom Newmont basé à Denver Colorado était en négociation avec le gouvernement haïtien pour signer le contrat d’exploitation.

Pris dans les engrenages de la corruption, Newmont a fermé le projet d’Haïti. La compagnie a gardé sur le site un personnel très réduit pour marquer sa présence. Fondé en 1921, Newmont a un effectif de 28,000 employés et contracteurs déployés aux Etats-Unis, Australie, Nouvelle Zélande, Pérou, Indonésie et Ghana. Elle est la deuxième compagnie mondiale et la première compagnie minière américaine.

Le budget de Newmont pour Haïti fut l’un des plus grands budgets de la compagnie en matière de recherche. Ce budget déplacé après l’échec des pourparlers est utilisé actuellement pour des recherches à Surinam.

Le 2e gisement connu en or et en argent sur le territoire haïtien est le gisement de Grand Bois évalué à 300,000 onces. Ce gisement est exploité par la compagnie canadienne Ste-Geneviève. Une compagnie business utilisant le service KWG. Moise Jean-Charles à l’époque magistrat de Milot avait mis cette compagnie en déroute. Actuellement, une autre compagnie canadienne Haïti Gold fait des études pour l’exploitation et les études de faisabilité. Cette compagnie est représentée par Dominique Boisson.

Le 3e gisement connu est la mine de Lakwev. Cette mine est nichée sur un haut plateau à deux heures de piste de Ouanaminthe.

Certains avancent le chiffre de 40 billions de dollars comme retombée pour Haïti l’exploitation du gisement de Grand Bois. C’est une mauvaise interprétation de l’analyse d’un expert qui a simplement avancé une probable connexion du gisement de Grand Bois et le gisement Pueblo Viejo, Bonao en République Dominicaine.

Depuis 15 ans, la mine de Pueblo Viejo est exploitée juste de l’autre coté de la frontière. Elle se situe la même « ceinture minérale » qui traverse les deux pays. Environ 6 millions d’onces d’or en sont sorties sur un potentiel de 25 millions.

Evalué à 25 millions d’once le gisement Pueblo Viejo est exploité par une compagnie canadienne nommée Barrick. Barrick Gold Corporation est une importante société minière canadienne dont le siège social est à Toronto. Elle est inscrite à la Bourse de Toronto et à la bourse de New-York sous le sigle ABX. La société exploite principalement l’or, mais d’autres minerais peuvent également être exploités sur certains projets comme l’argent, le nickel, le cuivre ou le cobalt. Les principales propriétés détenues par Barrick se situent aux États-Unis, au Canada, au Chili, au Pérou et depuis peu en Tanzanie.

Au 31 décembre 2000, l’actif total de Barrick Gold Corporation s’élevait à 4 535 millions $US, ses fonds
propres à 3 023 millions $US et sa dette à long terme à 676 millions $US.

Les revenus que Barrick tirait de ses ventes d’or s’élevaient, au 31 décembre 2000, à 1 330 millions $US. En 2000, la production annuelle d’or de Barrick atteignait un nouveau sommet à 3,74 millions d’onces.

Une étude de l’état haïtien réalisé sous Jean Claude Duvalier a détaillé les différents endroits en Haïti où des mines sont localisées. Sous le gouvernement des militaires Dannel Bélizaire, un membre de la bourgeoise de Port-au-Prince, originaire de Limbé et président de Géominérale d’Haïti a acheté toutes les terres sur lesquelles les recherches ont été faites. Comme avantage toute compagnie qui décide d’investir dans la production des mines en Haïti doit négocier avec Dannel.

Ce dernier a acheté des terres à Calebassier à Miragôane tout de près de carrefour Desruisseaux direction vers Charlot. On trouve là une terre riche en carbonate de calcium. Utilisé pour la fabrication de caoutchouc, de pvc, de pate dentifrice, et de peinture etc. le carbonate de calcium est très recherché sur le marché mondial.

Media

Last modified onvendredi, 13 novembre 2015 22:37