Partly Cloudy

30°C

Port-au-Prine, Haiti

Partly Cloudy

Humidity: 66%

Wind: 24.14 km/h

  • Clear
    24 Mar 2016 32°C 23°C
  • Mostly Sunny
    25 Mar 2016 32°C 23°C
Connexion
Mis à jour le 8.03.2017 à 02:42

Les chiffres démentent la crédibilité du scrutin

Featured Les chiffres démentent la crédibilité du scrutin

Le système électoral haïtien est gangrené de fraudes et d’irrégularités. A analyser le résultat définitif pour le premier tour des présidentielles du 25 octobre 2015, il n’y a aucun doute des fraudes massives ont entaché la crédibilité du scrutin.

Laissons parler les chiffres communiqués par le CEP:

Votes valides 1, 530,970
Votes valides/aucun candidat 22,161
Votes nuls 119,800
Total Votants 1, 672,931

On n’a pas besoin d’être expert en mathématique pour réaliser les chiffres officiels sont faux. Le CEP n’a pas la capacité logistique pour dans l’espace de 9 heures –la durée du scrutin- arriver à faire voter un tel nombre d’électeurs lors du scrutin du 25 octobre. Quant on sait les électeurs devraient ce dimanche choisir un président dans une liste de 54 candidats, deux sénateurs, un député, un cartel de Mairie. Réussir ce pari est impossible.

A titre d’exemple, les présidentielles de 1990 ont déclenché la plus grande fièvre électorale dans l’histoire du pays. Malgré l’ampleur de ces élections et une participation massive des électeurs 1, 640,729 citoyens ont voté.

Le premier tour des présidentielles du 7 décembre 2010 quoique moins compliqué et plus coordonné a accusé un total de 1, 074,056 votants. Au deuxième tour 1, 053,733 citoyens ont voté le 4 avril 2011 lors du deuxième tour du scrutin.

D’où vient ce chiffre 1, 672,931 votants pour le scrutin du 25 octobre 2015. Une journée électorale avec un taux de participation réduit pour plusieurs raisons qui ont empêché aux membres de la population d’aller remplir librement leur devoir civique: la peur des actes de violences lors du vote, le manque de programme d’éducation civique, la concentration de plusieurs bureaux de vote en un seul endroit, absence de moyens de transport au profit des électeurs, le déplacement de la population après le tremblement de terre etc.

Last modified onmercredi, 02 décembre 2015 09:00