Partly Cloudy

30°C

Port-au-Prine, Haiti

Partly Cloudy

Humidity: 66%

Wind: 24.14 km/h

  • Clear
    24 Mar 2016 32°C 23°C
  • Mostly Sunny
    25 Mar 2016 32°C 23°C
Connexion
Mis à jour le 8.03.2017 à 02:42

Jean Dominique's last commentary (L. BERLANGER/CEP/CNO) March 27, 2000

"In the light of the concept of free, transparent, democratic and honest elections, this should be the duty of of impartial observers? However, Mr. Leopold Berlanger, the Coordinator of the Conseil National d'Observateurs (CNO), is part of a coalition, working through Vision 2000, which is engaged in the destruction of Lavalas. First Point.

Second point. The Senator Wesner Emmanuel at this microphone and publicly, assuming his responsibility as a functioning senator, pointed out that Mr. Leopold Berlanger (who at that time had no credentials or title relating to the election process) during the December 16, 1990 presidential elections convinced a computer operator to change the results of the senatorial elections for the West. Senator Wesner Emmanuel further stated that he has a taped recording of this conversation between the employee and Berlanger and when this employee told Senator Wesner Emmanuel that the results of the elections are not the ones being announced by the President of the Departmental Electoral Bureau, Senator Emmanuel replied that he has a tape of the conversation with Berlanger and that he would publicize this trickery on the air. The employee considered this and then retreated and said that the results are correct and then gave the original results.

Voila, so this individual is now a member of a coalition which for five years has worked virulently with Vision 2000 against the Lavalas movement and this same person is the head of a national commission to observe the elections while in 1990 he tried to manipulate the results, and this is the person President Leon Manus gave the power to receive all information and documents related to the electoral process that should be sent to him quickly: First point.

Second point, to have the monopoly of the electoral observers: that all the national observers accredited by the CEP to observe the elections must be recommended by the CNO. Total monopoly! This is the second point.

Third point, which is more critical. In the case whereh is no original or a duplicate available the observer from the CNO can put together a report of the balloting as he observed it. This report which contains the numbers written out would be signed by the members of the head of the electoral bureau and the observer from the CNO. So, here is Mr. Berlanger having the power to put together the written report of the results of the vote.

Meanwhile, the electoral law is clear in Article 158: the written process of the balloting is drawn and signed by the members of the electoral bureau and in some cases by the representative of the party, groups, or political groups who are officially recognized, or cartels or candidates. The written report is prepared in at least six formally signed originals. If the representative of a party, group, or political party, officially recognized, or cartels or candidates refuse to sign the report, they will state the reason invoked or alleged for their refusal to sign and these protestations have no immediate value, and are only for future reference. The refusal to sign a report by the representative of the electoral bureau has no effect on the validity of the electoral operations.

The word observer never appears in Article 158. Never!

Article 159: An original of the written report of the balloting is attached to the door of the electoral bureau by the president of the bureau and the other originals are distributed as follows: one to the BEC, two to the BED which transmits one to the CEP, two others go to the two representatives of the candidates that obtained the largest number of votes.

There is no mention in the electoral law of an original written report or a copy to be given to an observers named by Berlanger . No mention whatsoever.

The question we are posing now before further analyzing this text, which is unbelievable, is the following: Is President Manus, the president of the CEP, qualified to sign an agreement which contradicts the text and the spirit of the electoral law?

We have noted in the course of the electoral process, with the passion that you all know we have, the legitimate suspicion that there is a threat to the process with the successive unpleasant revelations of the role of IFES inside of the CEP and financed and directly manipulated by USAID. So, these legitimate suspicions about the CEP are getting larger by that unbelievable accord with the CNO. The question we are asking is the following: Did President Manus sign this very important text to give Mr. Leopold Berlanger the possibility of altering the results of the vote? Is President Manus' signature in accord with the other eight members of the CEP? I already know that one of them doesn't even know about the accord.

Secondly, Berlanger, who is the Coordinator General of the CNO, did he check with the CNO to sign , negotiate and sign the text? Thirdly, it is written in this agreement that all the documents should be directed to the executive. Did they send this protocole d'accord to the Executive? I direct this question to the President of the Republic."

Guerby Dujour ekri yon let tou louvri pou Evens Paul KPlim

Monsieur,

Mwen gen lone antan ke sitwayen Ayisyen pou'm voye let saa ba ou nan moman peyi Dayiti ap travese yon sitiyasyon politik ki bay plis vant fe mal ak gwo ke sote.
 
Monsieur,
tout moun sonje ou te gen yon bel slogan: Peyi anvan pouvwa. Yon slogan ki se mak fabrik KID, yon pati politik ou mete kanpe. Mwen regret pou'm konstate ou change slogan saa an pouvwa anvan peyi. Pouvwa nan nenpot ki kondisyon. Mwen konstate ou vi'n pran gou pouvwa. Menm gen enpresyon ou wel pi dous pase siro kann.

Mohamed Ali perd son dernier combat

Le décès a été confirmé peu après minuit samedi matin.

Ali souffrait depuis trois décennies de la maladie de Parkinson, qui a ravagé son corps, mais ne pouvait jamais affaiblir sa présence plus grande que nature. Une figure emblématique lorsqu'il était à son sommet, il a voyagé et il fait plusieurs apparitions lors des dernières années même s'il ne pouvait plus parler en raison des milliers de coups de poing encaissés au cours de sa remarquable carrière.

Tagged under

Amb Marcel Duret: MOE-OEA, Foutez-nous la paix !

Comment me débarrasser de cette souffrance atroce qui me ronge le corps et le cœur ?

J’avais décidé de ne plus écrire concernant la conjoncture politique haïtienne jusqu'à ce que j’ai lu ce communiqué de presse publié le 12 janvier 2016 par la Mission d’observation électorale (MOE) de l’Organisation des États Américains (OEA) en Haïti :

L' Heure De La Transition A Sonnée

Finalement le pouvoir Tet Kale ne peut plus continuer a tromper et a gaspiller les finances publiques. Michel Martelly semble ne rien comprendre il est comme un aveugle qui conduit un camion.

D'un autre côté Pierre Louis Opont sera comme un général sans troupe vu les démissions en cascade des membres du CEP. KPlim devait devait déménager la primature exactement après l'installation illégale du parlement. Il n'est pas digne de démissionner. Le peuple ne veut plus continuer a se laisser diriger par une équipe sans foi sans loi.

Les "Konze" squattent le Parlement

Les élections du 9 août ont connu violences et fraudes.

Ces élections comme les présidentielles devraient être annulées.

Les partis dit de l'opposition  - vous connaissez mes réserves par rapport à ces partis après les avoir vu pendant quatre années accepter toutes les ignominies imaginables, réclament cette annulation générale.

Les parties politiques peuvent sauver Haiti

LIBERTÉ         ÉGALITÉ         FRATERNITÉ

RÉPUBLIQUE D'HAÏTI

DÉCRET

MICHEL JOSEPH MARTELLY
PRÉSIDENT

Vu la Constitution, notamment ses articles 11, 12, 16,16.2, 17, 17.1, 18, 24, 27.1, 28, 30, 31, 31.1
31.3, 40, 52.1, 58, 59, 61, 62, 63, 63.1, 65, 66, 66.1, 67, 68, 70, 72, 78, 79, 80, 87, 87.1, 88, 89,
90, 90.1, 90.2 91, 92, 92.1, 92.3, 94, 94.1, 94.2, 94.3, 95, 95.3, 96, 129.1, 130, 130.1, 130.2,
130.3, 131, 132, 133, 134, 134 bis, 134.1, 134.2, 134.3, 135, 135.1, 136, 149, 149.1, 164, 186,
190 ter.7, 191, 191.1, 191.2, 192, 193, 194, 194.1, 194.2, 195, 195.1, 196, 197, 198, 199, 281,
281.1, 289 et 296 ;
Vu la Convention américaine des Droits de l’Homme, ratifiée par Haïti le 14 septembre 1977,
notamment ses articles 15, 16 et 23 ;
Vu la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à
l’égard des femmes, ratifiée par Haïti le 20 juillet 1981, notamment ses articles 1, 2, 3, 4, 7, 8 et
14 ;
Vu le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par Haïti le 6 février 1991,
notamment ses articles 2, 3,18, 19, 21, 22, 25 et 26 ;
Vu la Convention interaméricaine pour l’élimination de toutes les formes de discrimination
contre les personnes handicapées, ratifiée par Haïti le 12 mars 2009, et notamment ses cinq (5)
premiers articles ;
Vu la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par
Haïti le 12 mars 2009, notamment ses articles 3, 4, 5, 6, 8, 12, 19 et 21 ;
Vu les dispositions du Code civil ;
Vu les dispositions du Code pénal ;
Vu la Loi du 18 septembre 1978 portant sur les délimitations territoriales ;
V Vu le Décret du 29 mars 1979 réglementant la profession d’avocat ;
Vu le Décret du 30 juillet 1986 réglementant le fonctionnement des partis politiques ;
Vu la Loi du 11 avril 2002 élargissant le nombre des Communes et des Quartiers de la
République ;
Vu la Loi du 4 septembre 2003 portant création du Département des Nippes ;
Vu le chapitre XI du Décret électoral du 3 février 2005 ;
Vu le Décret du 1er juin 2005 instituant l’Office national d’identification (ONI) ;

Vu le Décret du 1er juin 2005 relatif à la Carte nationale d’identification (CNI) ;
Vu le Décret du 23 novembre 2005 portant sur la délimitation territoriale ;
Vu le Décret du 1er février 2006 définissant le cadre général de la décentralisation, les principes de fonctionnement et d’organisation des collectivités territoriales haïtiennes ;
Vu le Décret du 1er février 2006 fixant l'organisation et le fonctionnement de la Collectivité municipale dite Commune ou Municipalité ;
Vu le Décret du 1er février 2006 portant sur l’organisation et le fonctionnement des Sections communales ;
Vu le Décret du 1er février 2006 fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement de la collectivité départementale conformément à la Constitution ;
Vu la Loi du 17 décembre 2007 créant le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) ;
Vu la Loi du 17 décembre 2007 portant statut de la Magistrature ;
Vu la Loi électorale du 09 juillet 2008 ;
Vu la Loi du 11 mai 2009 portant amendement de la Loi électorale du 9 juillet 2008 ;
Vu la Loi du 13 mars 2012 portant sur l’intégration des personnes handicapées ;
Vu la Loi du 23 avril 2013 portant formation, fonctionnement et financement des Partis Politiques ;
Vu la Loi électorale du 27 novembre 2013 ;
Vu l’Accord politique en date du 11 janvier 2015 ;
Vu l'arrêté du 21 Janvier 2015 nommant les membres du Conseil électoral provisoire ;
Considérant qu’il importe d’assurer la normalisation de la vie politique en garantissant le fonctionnement régulier des institutions étatiques, conformément aux dispositions de la Constitution du 29 mars 1987, amendée ;
Considérant qu’il y a lieu de définir les modalités d’organisation des élections des membres des conseils municipaux, des membres des Conseils d’administration des sections communales, des membres des Assemblées des sections communales (ASEC), des membres des Assemblées municipales et départementales, des membres des Conseils départementaux et du Conseil interdépartemental, des Députés, des Sénateurs et du Président de la République ;
Considérant l’impossibilité actuelle des trois Pouvoirs de l’État de procéder à la formation du Conseil Électoral Permanent tel que prescrit par la Constitution ;
Considérant qu’il y a lieu de prendre toutes mesures visant à garantir la crédibilité du processus électoral ;
Considérant le dysfonctionnement temporaire du Pouvoir Législatif et qu'il y a lieu pour le Pouvoir Exécutif de prendre un décret relatif à l'organisation des prochaines élections;
Sur le rapport du Ministre Délégué auprès du Premier Ministre Chargé des questions Électorales, suite à la proposition du Conseil Électoral Provisoire;
Et après délibération en Conseil des Ministres :

DÉCRÈTE

CHAPITRE VII
DE LA CANDIDATURE À UNE FONCTION ÉLECTIVE

SECTION C.- DE L’ASSOCIATION DES PARTIS OU DES GROUPEMENTS POLITIQUES RECONNUS POUR PRÉSENTER DES CANDIDATS

Article 104.1.- Le mandat de l’élu appartient au parti politique sous la bannière duquel il a concouru aux compétitions électorales, conformément à l’article 24-1 de la loi sur les partis politiques. 

Haiti Electoral evaluation commission: RNDDH reaches different conclusion

RNDDH made the decision on December 22, 2015 to participate in the electoral evaluation commission by recommending Gedeon Jean (CARD) as a member of the human rights sector. RNDDH’s participation seemed to be inevitable given the role it played in observing the elections on both August 9th and October 25th. Our objective in participating was to bring credibility to the rest of the electoral process and create transparency.

Le silence du "roi et de la reine d'Haïti" concernant les élections

Assez étonnant, non ?

Le couple Clinton auquel a été décerné le titre de "roi et reine d'Haïti" par un journaliste US correspondant en Haïti,  tant ils y faisaient la pluie et le beau temps, ne dit mot sur la situation actuelle du pays, notamment celle de leur protégé.

Peter Mulrean halte-là ! (Lettre ouverte)

A la veille de la commémoration du 212ème anniversaire de notre Indépendance l’Ambassadeur américain, Peter Mulrean une fois de plus, une fois de trop est monté au créneau pour cracher sur le Peuple haïtien et ses Ancêtres. Une énième ingérence qui rappelle cette phrase du sous-secrétaire d’État William Philipps rapportée par Noam Chomsky dans la tragédie d’Haïti : « « C’est un peuple inférieur, incapable de maintenir le degré de civilisation que lui ont laissé les Français ou de développer la moindre aptitude à l’autonomie qui lui donnerait droit au respect et à la confiance de la communauté internationale » ».

Subscribe to this RSS feed