Partly Cloudy

30°C

Port-au-Prine, Haiti

Partly Cloudy

Humidity: 66%

Wind: 24.14 km/h

  • Clear
    24 Mar 2016 32°C 23°C
  • Mostly Sunny
    25 Mar 2016 32°C 23°C
Connexion
Mis à jour le 8.03.2017 à 02:42

Quand Valery Numa déconne face à un grand initié de la presse haïtienne, Clarens Renois.

  • Written by Kerlens Tilus
  • Published in Médias

Wouhhhh, son entretien avec Valery Numa a été cool. Un Valery tout pâle face à un Clarens qui lui fait des rappels mérités sur le métier qu’il exerce. Jounalis isi depi yo fin fè non yo, yo pa li ankò, epi yo panse yo ka bay pouvwa pandan yo bliye ethique epi nannan metye a. Il est jeune mais il a ses rêves. Ce n’est pas au bien-pensant présomptueux de lui dicter la dimension de cette dernière. Bravo Clarens. (Carl-Henry Petit-Frere).

 

L’interview de Valery Numa accordée à Clarens Renois est un classique que tout jeune devrait entendre, surtout ceux qui aspirent aux métiers de la presse. Nous avons retrouvé un Clarens Renois serein et sur ses gardes. Politicien, il ne peut s’empêcher de retourner à son premier amour, le journalisme pour rappeler à l’ordre le journaliste déphasé Valery Numa qui se croit être un blagueur ou un « Ti komik » du genre de Tonton Bicha. Journaliste conséquent, Clarens a été très mesuré dans ses propos. Face à la journée électorale, il a été très prudent pour ne pas faire des généralisations. Bien qu’il ait voulu se rehausser en politicien, mais on a senti le poids du journalisme responsable dans ses propos. Sans le cacher, nous pouvons dire que Mr. Renois a la carrure d’un homme d’état, car il parle avec autorité sans être pour autant arrogant. A plusieurs reprises, Mr. Renois a dû jouer le rôle de grand frère, mentor et professeur d’éthique, ce que Valery Numa n’a jamais eu de sa vie et qu’il a grand besoin. Je l’ai toujours dit les jeunes journalistes n’ont pas connu le bon vieux temps des années 90 avec Jean Pierre Brax, Jean Max Cyprien, Rocthild Francois Junior, Nancy Roc, Annaise Chavenet, Clarens Renois pour n’en citer que ceux-là où pour survivre et paraitre tu devrais être capable, doué et faire montre de grands talents journalistiques. On assiste de nos jours à la cocoratisation du métier de journaliste.  Le journalisme est réduit aujourd’hui à de l’arnaquage et Valery Numa s’érige en arnaqueur professionnel.

 

Clarens Renois se passe de présentation en Haïti. Il est un journaliste chevronné, patron d’un média en ligne, professeur de communication, etc. Cette interview avec Valery Numa m’a convaincu que l’on doit prendre très au sérieux Clarens Renois sur l’échiquier politique. Mr. Numa a un moyen propre à lui de timouniser tout interviewé à son micro et de le rabaisser du coup. Quand un interviewé est sérieux et ne se laisse pas frapper dessus, il va essayer le sarcasme pour le minimiser. Avec Clarens, le courant salamique n’a pas passé. Pour avoir interviewé les grands hommes d’état de ces trente dernières années comme les professeurs Manigat et Gourgue, Clarens sait bien comment dresser un journaleux arrogant avec élégance et le grand homme de micro a été au rendez-vous avec Valery Numa. J’espère que Valery va s’asseoir gentiment pour réécouter l’interview et tirer profit. Le problème de conscience de Valery est symptomatique d’un problème beaucoup plus grave qui est l’aliénation mentale. J’invite Valery à lire la philosophie mounale du philosophe Henock Franklin. C’est un concept qui permettra à Valery de forger sa conscience de nègre et son identité perdue d’Ayitien. Je crois qu’il peut évoluer pour devenir moun. Je suis sûr que Valery Numa a eu un père et une mère qui l’ont appris les ABC de l’éthique, de la sagesse, de la bienséance, mais hélas le problème est haïtien pur et simple -Transformation dans nos mentalités. Pitié pour ses parents !

J’aimerais bien savoir qui sont les modèles de Valery Numa au niveau de la presse haïtienne et dans la vie. Si j’arrive à connaitre ses modèles, je peux bien l’aider à prendre la direction santibonique du journalisme responsable. Actuellement en Haïti, les politiciens traditionnels sont décriés. Il y a nécessité pour le renouvellement de la classe politique et j’embrasse le discours rassembleur de Clarens Renois. Il faut apprendre à briser les chaines et les convenances établies. Clarens parle d’un mouvement d’unité nationale, mais Valery affiche son cercle d’amis. J’ai compris la frustration d’un Clarens qui a à son actif plus de 30 ans de carrière et qui connait mieux que quiconque les hommes et femmes de ce pays. Je crois que Mr Renois est très bien placé pour parler d’un nouveau paradigme. J’aurais bien aimé voir Mr Renois comme un fer de lance prêt à remembrer le quatrième pouvoir qu’est la presse, mais en tant qu’homme sensé, s’il croit qu’il sera plus efficace à la présidence qu’il tente sa chance. Nous devons voter du sang frais et neuf, nous devons voter des gens qui ont un discours rassembleur et qui s’affichent ouvertement pour la réconciliation, le dialogue national et l’unité dans la diversité. Valery Numa doit faire un grand effort pour arriver au sommet de Clarens Renois et comprendre son discours.

Nous devons avoir beaucoup plus de professionnels qui soient capables d’être fâchés doucement comme l’a fait Clarens Renois qui semble avoir le ras le bol des choses au pays. Il n’est pas du tout confortable. Et, pourtant, tout va pour le mieux selon Valery Numa puisque ses activités marchent. Certains ne voient pas et ne comprennent pas que tout s’écroule autour de nous. J’encourage Mr Renois à tenir bon avec son mouvement UNIR et de continuer à faire œuvre qui vaille dans la profession du journalisme. Je l’ai vu à l’œuvre depuis plus d’une vingtaine d’années et je crois qu’il peut grandement et toujours contribuer à rehausser l’image de la presse en Haïti. Je serai ravi de lire un bouquin de Clarens Renois sur la presse haïtienne et ses idées sur comment redresser la barre sachant que le changement doit passer indubitablement par le quatrième pouvoir qui doit faire la promotion du santibon sur toute la ligne. Que les Clarens Renois qui ont un message rassembleur multiplient à travers le pays et un jour ensemble, les bien-pensants pourront avoir pignon sur rue en Haïti et même contribuer à changer les choses pour le mieux. Clarens Renois semble être un autre homme, un nouvel type de politicien avec un discours moderne, sensé qui devrait bien faire l’unanimité. Nous espérons bien discuter avec l’homme de sa vision en long et en large puisque les carences affichées de l’intervieweur ne nous ont pas permis de savourer une interview de grande classe.

Il est toujours bon que les petits apprennent des grands et que les grands aient le sens du partage et de l’altruisme pour transmettre leurs savoirs et savoir-faire aux petits. Que le grand architecte de l’univers puisse aider les grands et les petits à trouver un consensus pour la mise en commun. Ainsi, Haïti bénéficiera grandement. J’aimerais demander à Clarens Renois de consulter d’autres confrères chevronnés de la presse pour initier des séminaires de formation continue pour les journalistes parce que ces derniers sont laissés pour compte et il n’y a pas un système de suivi après l’université ou l’école de journalisme pour permettre aux journalistes de se perfectionner. Le journalisme n’est plus une question de gargane, mais de substance et d’éthique. Que Valery Numa continue à recevoir des journalistes seniors calés capables de lui inculquer du santibon. Et, que les journalistes chevronnés qui se disent amis de Valery Numa l’aident à mettre les pieds sur terre et se perfectionner pour le bonheur du journalisme haïtien qui a de beaux jours devant lui. Valery, nou pa enmi, ou jis poko mi ! Evite-nous les interviews paille que tu qualifies de musclées. Suis les conseils de ton grand frère Clarens Renois et tu seras apprécié de tous. Kuddos à toi, Clarens Renois. Ose espérer, cher compatriote !

Media

Last modified onvendredi, 27 novembre 2015 11:24